juillet 08, 2020

Les plages sauvages :
échappatoire au tumulte du monde extérieur

Le Maroc connaît depuis quelques années une augmentation de son nombre de touristes et de plus en plus de vacanciers à la recherche de chaleur et de dépaysement envahissent le pays et ses plages. Mais éloignez-vous donc des stations balnéaires envahies par les touristes ; profitez des nombreuses plages sauvages, vous serez étonnés par leur authenticité et leur variété de paysages à couper le souffle.

L’île du dragon, Dakhla

Ile du Dragon Dakhla, MarocÉlue plus belle plage du Maroc en 2013, l’île du dragon à Dakhla échappe malgré tout au tourisme de masse et vous pourrez profiter en toute tranquillité de ses grandes dunes, ses étendues de sable blanc et ses eaux turquoises. Nommée ainsi en raison de sa forme – vue du ciel elle ressemble en effet à un dragon allongé à plat ventre – il n’est pas rare d’y observer des dauphins, des tortues de mers et même des flamands roses. Excellent spot pour les adeptes de sports nautiques (surf, kitesurf …) en raison de la force de la mer qui l’entoure, elle attire aussi les passionnés de randonnées et de géologie avec ses plages bordées de coquillages. Accessible à pied à marée basse, il vous sera cependant nécessaire de prendre le bateau pour y accéder à marée haute.

 

Le cap des Trois Fourches, Nador

À Nador, le cap des Trois Fourches abrite de nombreuses plages sauvages entourées de falaises de calcaire et de roches volcaniques s’enfonçant dans la Méditerranée. Isolées géographiquement, ces plages et les villages aux alentours ont pu conserver leur authenticité. Vous pourrez profiter de la plage de Charrana pour vous baigner, de Cara Blanca pour faire de la plongée, et n’oubliez pas de visiter le village de pécheurs de Tibouda ! Peu connues des touristes, aucun complexe hôtelier n’a été construit aux alentours mais des chambres d’hôtes vous permettront de passer la nuit sur place et de profiter pleinement de votre journée.

Legzira, Sidi Ifni

Sidi Ifni, MarocLa plage rouge Legzira à Sidi Ifni tient son nom de la couleur ocre de ses falaises, creusées au fil des années par les marées. Bien qu’elle ne soit pas sauvage à proprement parler, un complexe touristique ayant récemment investi le site, il vous suffira de vous éloigner de cette zone pour profiter de la tranquillité des lieux. Avant cela, la plage était principalement fréquentée par des surfeurs, attirés par ses rouleaux de vagues ou des randonneurs explorant les crevasses et les grottes dévoilées à marée basse. Les grandes arches qui la surplombent subliment la beauté des lieux, par leur majesté et le contraste qu’elles créent avec la couleur du ciel. Mais si vous décidez d’y faire un tour ne partez surtout pas avant le coucher du soleil, les couleurs ocres des falaises étant sublimées à cette heure de la journée.

 

Diabat

En visitant Essaouira, vous passerez surement devant la plage Sidi Kaouki, la plus connue de la région, si ce n’est du Maroc. Ne vous y arrêtez pas tout de suite ! Plus au sud d’Essaouira, la plage de Diabat vous charmera par son côté pittoresque et historique : elle abrite en effet les ruines du château Borj el Baroud, construit au XVIIIème siècle, et celles d’un vieux pont, tous deux accessibles à marée basse. Aujourd’hui fréquentée par les surfeurs, la plage était autrefois un repère de hippies : Jimi Hendrix et Cat Stevens y ont tous deux séjourné et on raconte que le célèbre titre Castles Made of Sand a été inspiré par Dar Sultan, palais en ruine désormais ensablé. Après avoir profité de la plage, n’oubliez pas de visiter le village berbère de Diabat : vous pourrez y prendre un café ou même y passer la nuit.

Taghazout

Taghazout, MarocAgadir est l’une des stations balnéaires les plus touristiques du pays mais vous pourrez trouver de nombreuses plages magnifiques et bien moins fréquentées à quelques kilomètres : c’est le cas de la plage de Taghazout, à une demi-heure de route de la ville. Située à proximité d’un village de pécheurs pittoresque, elle attire chaque année de plus en plus de surfeurs et de touristes. Les commerces locaux sont cependant menacés par la construction d’immenses resorts touristiques qui encouragent le tourisme de masse et nuisent au charme des lieux.

 

L’exemple de Taghazout illustre bien les conséquences du tourisme de masse qui se développe depuis quelques années au Maroc. Si en dynamisant l’économie et en générant de l’emploi le tourisme peut être un facteur de développement, le tourisme démesuré a de nombreux inconvénients : dégradation des lieux (des tonnes de déchets sont trouvés chaque année sur les plages marocaines), multiplication des grandes chaînes aux dépends des locaux (complexes hôteliers, restaurants …), saturation des sites et donc perte du charme et de l’esprit pittoresque des lieux, etc.


1 Réponse

Mathieu
Mathieu

juillet 22, 2020

Merci pour ce bel article qui donne de belles idées ;-)

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Ecologie au Maroc : comment la prise de conscience impacte le pays ?
Ecologie au Maroc : comment la prise de conscience impacte le pays ?

août 05, 2020

Si l’écologie n’a jamais été une priorité au Maroc, une véritable prise de conscience a eu lieu ces dernières années. 
Voir l'article entier
Trekking : à la découverte des déserts marocains
Trekking : à la découverte des déserts marocains

juillet 22, 2020

Le désert du Sahara occupe une grande partie du territoire marocain et est une étape indispensable si vous souhaitez découvrir la culture et le mode de vie du pays et de ses habitants.
Voir l'article entier
jardin majorelle marrakech
À la découverte des jardins marocains

juin 25, 2020

Si les rues agitées des grandes villes marocaines peuvent sembler étouffantes aux heures les plus chaudes de la journée, de nombreux touristes et habitants à la recherche de fraîcheur trouvent refuge dans des jardins.
Voir l'article entier

Pour suivre l'aventure Mouyma !

x