décembre 08, 2020

En arabe « la ville ancienne », la médina désigne la vieille ville, authentique, mystérieuse, et véritable lieu de vie. Éléments centraux de l’imaginaire marocain, reconnues à l’étranger, sept d’entre elles font partie de la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les plus grandes sont celles des villes royales, capitales successives du pays depuis le VIIIème siècle : chaque fondateur de dynastie donnait en effet vie à une nouvelle ville, représentative de la grandeur de son règne.

Si certaines ont été bâties pour ralentir les envahisseurs et forment volontairement des labyrinthes, n’ayez pas peur de vous y perdre en explorant leurs ruelles, des locaux vous redirigerons volontiers pour quelques pièces : l’expérience se vit à travers l’ambiance des souks, des artisans et des restaurateurs au travail, entourés des enfants qui jouent et des femmes qui font leurs marchés. Il vous suffira de sortir de ces petites ruelles pour retrouver les artères principales et votre chemin.

Fès

Plus grande médina du monde mais aussi plus ancienne et plus réputée, la médina de Fès mérite au moins une journée pour la visiter en toute tranquillité : capitale culturelle et spirituelle du pays, elle vous permettra de découvrir réellement le mode de vie marocain, sa culture et le savoir-faire de ses artisans. Cette ville millénaire vous plongera dans l’histoire avec ses mosquées, palais, places, fontaines mais aussi ses universités. Réputée pour ses universités, dont Al Quaraouiyine, la plus vieille au monde, vous pourrez également visiter la médersa Bou Inania, seule de la ville accessible aux non-musulmans. La porte Bab Boujloud, entrée principale de la médina mérite aussi le détour, et n’oubliez pas de visiter le grand marché couvert de la ville, sur la rue Fès el Jdid.

Marrakech

Placée en 1985 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, la médina de Marrakech et son célèbre souk vous charmeront par leurs diversités mais aussi leurs histoires. Partez à la découverte de ses médersas, de ses nombreux riads rénovés et transformés en palais et jardins (cf. jardin secret insérer lien), de ses fontaines et mosquées. La place Jemma el Fna, située au cœur de la ville et placée patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO, s’anime et devient tous les soirs un lieu de spectacle. Au nord de cette place, une des mosquées les plus importantes de la ville : la Mouassine. Mais c’est la Koutoubia, entre le quartier du Guéliz et la médina qui s’impose réellement dans la ville avec son minaret de 70 mètres de haut. Au cœur de la médina les tombeaux de la dynastie saadienne reposent dans une nécropole au sud de la mosquée de la Kasbah : laissez-vous subjuguer par la beauté et le raffinement des lieux.

Meknès

À l’Ouest de la ville de Meknès, sa médina, bordée par près de 40 kilomètres de remparts donne l’impression de rentrer dans un autre univers. Plus authentique et moins touristiques que les autres villes royales, son souk recèle pourtant de nombreuses merveilles artisanales : cordonniers, menuisiers, instruments de musique … Elle regroupe également de nombreux monuments architecturaux comme la grande mosquée, originaire du XIIème siècle et plus grand bâtiment de la ville, ou la médersa de Bou Inaniya. La ville est également connue pour les portes et places qui l’entourent : la porte principale, Bob el Mansour est située au centre de la place el Hedime. Faites donc une pause dans un de ses nombreux cafés ou profitez du marché et des spectacles.

Chefchaouen

Située dans la partie Est de la ville, la médina de Chefchaouen est célèbre pour la couleur éclatante de ses façades, peintes en bleu jusqu’à mi-hauteur. La beauté de la ville est renforcée par le paysage montagnard : située sur les pentes de deux monts de la cordillère du Rif qui l’entourent comme deux cornes, Chefchaouen signifie « regarde les cornes » en berbère. Le charme architectural de la médina reflète les empreintes des civilisations andalouses : avant l’indépendance du Maroc en 1956 la ville était un territoire espagnol. Après avoir profité de la médina, de son ambiance pittoresque et de ses produits artisanaux que l’on ne trouve nulle autre part au Maroc, posez-vous donc à un des nombreux cafés de la place Uta el Hammam, au pied d’une des cinq portes de la médina, regardez les passants et l’animation qui règne sur la place ou profitez tout simplement de la vue sur la grande mosquée.

Tétouan 

Surnommée « la blanche » ou encore « la fille de Grenade », la médina de Tétouan est considérée par beaucoup comme la ville la plus andalouse du Maroc, ce qui s’explique par son histoire. Chassés d’Espagne au début du XVIème siècle, les musulmans d’Andalousie s’y sont réfugiés et y ont recréé le raffinement des cités espagnoles. Depuis toujours carrefour des civilisations de par sa position stratégique, la vieille ville a été influencée par de nombreux éléments extérieurs, tout en gardant son identité, ce qui lui a permis d’être une des rares villes non royales dont la médina est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. 

Mais si la plupart des médinas évoquées tout au long de cet article subsistent grâce au tourisme, les plus petites restent menacées par la mondialisation et la naissance de villes ou de couronnes périurbaines nouvelles. Une prise de conscience a cependant eu lieu ces dernières années : 7 médinas ont été placées sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et des plans de sauvegarde ont été mis en place.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Pour suivre l'aventure Mouyma !

x